Vous êtes ici : Accueil Nouvelles Recherche Continue

Recherche Continue

11/02/2014

Chaque disque de Nevermind Trio est un chapitre à part dans la trajectoire de ce groupe. Dans leur troisième remise -Tree / Sustrai barik- ils se situent dans les sons à l'avant-garde du jazz.

À écouter: Manías Mías

Chaque disque de Nevermind Trio est un chapitre à part dans la trajectoire de ce groupe. Il est à rappeler qu' Hasier Oleaga (batterie), Jorge Abadias (guitare) et Aritz Luzuriaga (contrebasse) se sont regroupés pour faire des versions de Nirvana –et, tant qu'ils y étaient, remémorer des moments vécus dans les années 90-, et de cette expérience surgit Nevermind People(Errabal, 2009), premier disque du trio, avec des thèmes du groupe de Seattle et enregistré avec la collaboration de la chanteuse Ainara Ortega. 

 

La suivante démarche discographique fut Be (Errabal, 2011), un travail dans lequel il n'y a plus aucune trace de Kurt Cobain, et qui a été fait avec la plus qu'évidente intention d'éliminer tout élément limitant ou empêchant le trio d'avancer dans le chemin de la beauté et de la liberté. À côté de compositions propres inspirées directement par Mikel Laboa, Jordi Bonell ou Wilco, les trois musiciens ont hardiment adapté l'univers baroque et intuitif de Giovani Batistta Pergolesi et Modest Mussorgski.

 

Nevermind Trio retourne renouvelé et renforcé dans ce troisième disque. D'un côté, la contrebasse a cédé le passage au saxophone de Julen Izarra, et d'autre part, le disque est composé intégralement de compositions propres, mise à part Dear Prudence (The Beatles), et a été enregistré et mixé par Timoteo Ozaeta Jalas (Potato). Avec cette formation et instrumentation non habituelles, les trois musiciens sont parvenus à développer un discours musical particulier et ont placé l'identité de Nevermind Trio dans les sons à l'avant-garde du jazz. Sans complexes et avec la ferme volonté d'avancer.