Vous êtes ici : Accueil Magasin Heldu artean Paroles

Paroles

Oihana

Oihana, chère compagne d’appartement/Aujourd’hui aussi tu as repassé mon linge?/Comme ma chemise est belle!/Oihana, ma tendre compagne d’appartement/Aujourd’hui tu as à nouveau préparé le repas,/Avec toi, ma mère ne me manque pas/Mais que se passe-t-il? Qu’arrive-t-il aujourd’hui?/Peut-être que ton fiancé ne t’aime pas suffisamment/Il ne sait pas ce qu’il a entre les mains… Oihana/Il devrait peut-être changer/Aujourd’hui les gens comme moi sont de trop/Peut-être, je ne sais pas, les temps ont changé/Moi je m’en vais, chère compagne d’appartement/Tu ne repasseras plus mon linge/Je t’embrasse et merci...Oihana

Oihana, pisukide laztana
Gaur be plantxatu dizkidazu arropak?
Zein txukun gelditu den alkondara

Oihana, pisukide maitia
Gaur be egin didazu jana?
Zugaz ez dut faltan botatzen ama

Zer duzu, baina, gaur triste ikusten zaizu
Maite al zaitu nobioak
Harek ez daki esku artean zer daukan

Oihana

Agian, aldatu beharra daukat
Gaur egun sobera daude ni bezalakoak
Agian , ez dakit, aldatu dira garaiak

Agur, ni banoa, pisukide maitia
Gehio ez dizkidazu plantxatuko arropak
Mosu bat eta nire eskerrona...oihana


Lehengo moduan(Comme avant)

Comment vas-tu, mon ami/Tu ne t’ennuies pas trop là-bas? Ici/Tout est comme avant /Les gens se marient, c’est normal/Chacun suit son chemin, mais tu sais/On se retrouve encore les célibataires/Cette année n’a pas été bonne pour le village/Rien que des mauvaises nouvelles/Un compagnon de classe nous a quittés/En janvier/On ne se voit plus dans le même bistrot/Et Aitor ne sait plus avec qui aller au fronton, à vrai dire/Les choses ne sont plus comme avant/Prends soin de toi, mon ami, quoique/Tu l’as toujours fait/Salutations et à bientôt

Zetan zabiz laguna
Hortik ez zara aspertuko bada, gurean
Gauzak jadanik ez dira lehengo moduan

Jendea ezkontzen doa, normala
Bakotxa bere bidetik doa, baina ez pentsa
Oraindik ere elkartzen gara solteroak

Aurten urte txarra izan da, herrian
Ez dira barri onak izan, urtarrilan
Klaseko lagun bat joan zan, istripuan

Jada ez gara batzen betiko tabernan, Aitorrek
Ez dau nogaz egin frontoian, izan be
Gauzak ez dira lehengo moduan

Zaindu zaitez lagun
Tira, zu beti ederto baten zaindu zara
Besarkada bat,
Ez adiorik


Negua (L’hiver)

Il est deux heures du matin/Sous les réverbères brisés/Elle pourrait être ma mère/Aujourd’hui c’est l’hiver à Gasteiz/Seuls les amants/N’ont pas besoin de chauffage/Les filles noires dans les cantons/N’ont pas de chauffage/Ni d’amants/Viens, entre chez moi, à mes côtés/Je viens, je rentre, à tes côtés/Les vites s’effondrent/Dans le hall sans verrou/Elle pourrait être ma mère /Pour toi il n’y a pas de prince charmant/Tu n’en as d’ailleurs pas besoin/Tu n’es pas si seule/Aujourd’hui c’est l’hiver à Gasteiz/Mais cependant le ciel brille/Pour les femmes belles


Goizaldeko ordubiak
Kriseilu hautsien azpian
Amatxo izan zitekeen

Gaur negua da Gasteizen
Soilik maitaleek ez dute
Berogailuen beharrik

Andra baltzak kantoietan
Ez dute berogailurik
Ezta ere maitalerik

Zatoz, etxe barrura, nire ondora
Noa, etxe barrura, zure ondora

Kristalak erortzen dira
Zerrailik gabeko portalean
Arreba izan zitekeen

Zuretzat ez printze azulik
Ez duzu horren beharrik
Hain bakarrik ez zaude

Gaur negua da Gasteizen
Zerua oskarbi da barren
Emakume ederrentzat


Hegaz(Voler)

Tu as déjà aimé comme on aime dans les films?/Quelles drôles de questions me viennent à l’esprit aujourd’hui, je suis/Peut-être un peu fatigué/Tu as un ami à tes côtés/Tu as supporté son regard/Et tu sens à l’intérieur de toi/Quelque chose qui ressemble à l’amour/Tu as déjà volé comme disait le poète?/Et observé la terre du haut d’un nuage/Réfugié dans les étoiles?/Mais que t’arrive-t-il? Tu ne vas donc jamais te réveiller?/Sortir dans la rue et embrasser tes amis et leur raconter ta vie et/Regarder avec insolence et te soûler peut-être

Maitatu duzu sekula
Filmetan maitatzen den bezala?
A ze nolako galderak
Okurritzen zaizkidan gaur, agian
Nekatuta nago

Ondoan duzu laguna
Eutsi diozu begirada
Eta maitasunaren antzeko zerbait
Dabilkizu erraietan

Inoiz egin al duzu hegaz
Poetak zioen bezala
Lurra hodei batetik ikusi
Izarren gerizean

Zer duzu bada, maitia, ondo al zaude, ez al duzu inoiz itzartu behar,
Kalera atera, aspaldiko lagunak besarkatu eta hitz egin, eta kontatu zertan
zabiltzan aspaldi honetan, eta mozkortu agian…


Ekainak 27(Vingt-sept juin)

Vingt-sept juin de l’année en cours/Comment vas-tu cher ami? Je t’écris enfin. J’avoue/Que j’ai été très fainéant ces dernières années. Je sais que tu vas avoir un enfant;/Mes félicitations, c’est une grande nouvelle./Tout continue comme avant, tu sais, nous sommes un peu têtus. Espérons que /Je te remette personnellement ma prochaine lettre/Tout fleurit.


Ekainak 27 bi mila eta bigarren urtean
Aupa mutil, zetan zabiz, azkenian idazten dautsut.
Aitortzen dut: alpertuta ibili naz urteotan.
Jakin dot, aita izango zara, zorionak, barri ona da hori.
Hemen betiko antzean, ez gara erraz aldatzekoak.
Ia hurrengo gutuna eskura emoten dautsudan.

Loratzen, berdatzen doa



On vas(Où vas-tu)

Où vas-tu si seule/Où penses-tu arriver/Tu ne te souviens pas de vendredi/Où vas-tu si seule/Où vas-tu ma petite/Aujourd’hui tu ne me dis pas aurevoir/Où penses-tu passer la nuit/Cette nuit de vendredi/Et demain tout ira bien/Aujourd’hui tu ne reviendras pas/Et demain tout ira bien/Où vas-tu si seule/Aujourd’hui tu ne m’as pas dit aurevoir/Où penses-tu dormir cette nuit/Où vas-tu si seule/Et demain...

On vas tan sola
On penses arrivar
No te'n recordes del divendres
On vas tan sola

On vas xiqueta meua
Avui no t'acomiades de mi
On penses passar aquesta nit
Aquesta nit de divendres

I demá t'ensortiràs
Avui no retornaràs
I demá t'ensortiràs

On vas tan sola
Avui no t'acomiades de mi
On penses dormir aquesta nit
On vas tan sola

I demá...


Jadanik. (Plus jamais)

Tu ne regardes plus por la fenêtre/Comme lorsque les vers attedrissent ton coeur.../Il y a longtemps que les frissons/Ne traversent plus ta peau et tes os/Depuis quand tu ne parles plus avec tes amies/Même si tu te souviens d?elles tous le jours?/Respire ce nouveau lever du jour/C'est vrai que les étoiles scintillent pour toi/Ne te décourage pas, ne cesse pas de rêver/Que tu survis encore à ce monde/sors les vieilles photos du tiroir/Regard-les et souris, chaque matin/ Respire...

Jadanik leihotik ez duzu ikusten, bertsoak
Legundu balizu bihotza
Aspaldi zirrararik ez duzula sentitzen
Haragi eta hezurretan barrena
Noiztik lagunekin ez zarela mintzo, haiekin
Egunero oroitu arren, bihotza

Arnastu, gaurko egunsenti berria
Egia da izarrek argitzen dutela, zuretzat

Ez etsi baina arren egizu amets, oraino
Bizirik zaudela munduan
Argazki zaharrak atera kutxatik, goizero
Irri batez begiraiezu, laztana

Arnastu…


Gaueko hamabiak(Minuit)
Les vieux se promènent dans le parc/En parlant d'hier/Aujourd?hui le football importe moins/Mais cela ne durera pas/Au café, sur la place/Des femmes parlent sans s?ecouter/Plus loin, les enfants jouent/Il est minuit/Je n?arrive pas à dormir/Hier, un jeune a eté torturé/Son regard s?est figé, hier soir/Aujourd?hui la chaleur a été insupportable/De même qu?hier et avant-hier/Les potagers et les barrages réclament un peu/D?eau de pluie/Mais que peut-on faire?/Il est minuit/Et je n?arrive pas à dormir/Aujourd?hui un jeune a perdu une jambe/Il a perdu le sourire ce matin

Agure zaharrak parkean
Atzokoaz berba dabiltz
Gaur, futbolak ez du hainbeste inporta
Baina ez du luze iraungo

Plazako kafetegian
Emakume helduak hizketan, elkarri entzun gabe
Eta haurrak berriz, kanpoan, jolasean
Zoriontsu dirudite…

Gaueko hamabiak dira
Ta ezin dut lorik egin
Gazte bat torturatu dute bart
Begirada hoztu zaio, bart gauez

Gaur bero latza egin du
Atzo eta herenegun bezala
Aintzirak eta soloak euri eske dabiltz
Eta zer egingo zaio…

Gaueko hamabiak dira
Ta ezin dut lorik egin
Gazte batek hanka galdu du gaur
Irria galdu zaio, gaur goizez


Bolare.
Ces derniers temps les choses ont changé /Dans la bande/L’alcool ne coule plus dans nos veines/Mais les gens sont nerveux et tristes et déprimés/On aime l’eau/On ne boit plus que de l’eau/On aime la fête sans perdre la tête/Mais les gens sont nerveux…/Bolare.../Ces derniers temps les choses ont changé dans la bande/Les problèmes nous tourmentent/Les ulcères réapparaissent/Et les migraines/Les gens sont nerveux, mais contents, heureux et vivants./Bolare...

Azkenaldi hontan
Kuadrilan gauzak aldatu dira

Jadanik alkoholik
Ez dabil gure zainetatik, baina

Jendea urduri dago, motel dago, triste dago

Urzaleak gara
Ura besterik ez dogu edaten

Maite dogu parranda
Burua bere tokian dala, baina

Jendea urduri dago, motel dago, triste dago

Bolare

Azkenaldi hontan
Kuadrilan gauzak aldatu dira

Hasi dira problemak,
ultzerak eta buruko minak, baina
Jendea urduri dago, alai dago, pozik dago
Jendea alai dago, pozik dago, bizirik dago

Bolare




Ez naiz Oroitzen(Je ne me souviens pas)

Il y a longtemps que je me sens bizarre, j’ai perdu le nord/Il est difficile de s’habituer à la lumière/Quand on vient des ténèbres/C’est peut-être une question de temps, le temps dit-on fait des miracles/Pardonne moi ce silence effronté/Ne te fâche pas s’il y a un an que je n’ai pas versé une seule larme/Ne m’en veux pas si ma mémoire flanche/Elle est la pauvre pleine de vieilles histoires/Aujourd’hui, de même qu’hier et qu’avant-hier, il a plu/Les élus et les journalistes ne savent plus quoi dire, plongés dans l’ennui/Finies les visites et les hommages, le bruit des bales/Est ancré dans le passé/À dure peine mais enfin/La mer est calme/Nous sommes vivants dans un monde maltraité/Libres sans pouvoir célébrer le jour de la victoire, félicitons-nous/Je ne me souviens plus du dernier jour de la patrie/Dernièrement je me sens bizarre, j’ai perdu le nord


Arraro, iparra galduta, sentitzen naiz aspaldian
Argira ez da erraz ohitzen, ilunpetan egon dena
Beharbada, denborari utzi beharko zaio, entzun ohi da
Mirariak egiten dituela, denborak…

Barkaidazu, axolagabe, isilik egon banauzu
Ez mindu, iaztik malkorik, ez bazait erraz erori
Ez txartzat hartu oroimenak huts egiten badit
Koitaduak, kontu zaharrez beteta du ganbara, ganbara

Euria egin du gaur ere, atzo ta herenegun bezala
Kazetari eta politikoak aspertu samar dabiltza
Akabo, bisitak eta omenaldiak, tiro hotsak
Urrun lotu dira iraganean

Kostata baina azkenian, itsasoa dago bare
Bizirik mundu berez izorratu honetan, aske eta libre
Garaipen egunik ospatu barik, bejon daigula, ez naiz oroitzen
Noiz izan zen azken aberri eguna

Arraro, iparra galduta, sentitzen naiz aspaldian


Egon. (Reste)

A qui ressemble-t-il?/Comment s’habille-t-il?/Ta pensée est elle sincère/Ou fausse?/Reste avec moi… rêvons/Tu connais la nuit tiède/La saveur des seins et des lèvres/Et le vide/Reste…

Ze itxura du
Nola jazten da
Maltzurra al da
Hala zintzoa, zure gogoa

Egon zaitez neugaz…

Ezagun duzu gau epela
Bular eta ezpainen zaporea
Eta hutsunea

Egon…



Maiatza(May)
Laisse-moi te regarder dans les yeux./Je voudrais savoir comment vas-tu./Rainer W. Fassbinder.

Regarde, mai est arrivé,/Il a étendu sur le port sa paupière bleue./Viens, je ne sais rien de toi depuis longtemps,/Tu trembles, comme ces chatons que l’on noyait, enfants./Viens et on parlera comme d’habitude,/De la valeur de l'affabilité,/Du besoin de se débrouiller dans l’incertitude,/De comment remplir les vides dans lesquels nous sommes plongés./Viens, sens sur ton visage l’air frais du matin./Quand nous sommes tristes, tout nous semble gris, /Quand nous sommes forts, le monde s’effrite soudain./Chacun conserve l’un ou l’autre secret d’autrui./Une confidence, une erreur ou un geste de la main. /Viens et les vainqueurs nous les critiquerons,/Nous sauterons du pont et de nous mêmes nous nous moquerons./En silence, les grues du port nous contemplerons./Car être ensemble, en silence, a toujours été/La meilleure preuve d’amitié./Viens avec moi, ailleurs je voudrais partir,/Abandonner ce corps fardeau,/et dans un coquillage nous enfouir,/Tout petits, comme des bigorneaux./Viens, je t’attends,/Nous poursuivrons l’histoire interrompue il y a un an,/Comme si les bouleaux blancs du rivage/N’avaient pas une nouvelle cerne d’âge.


Utzi begietara begiratzen.
Nola zauden jakin nahi dut.
RAINER W. FASSBINDER


Begira, sartu da maiatza,
Zabaldu du bere betazal urdina portuan.
Erdu, aspaldian ez dut zure berri izan,
Ikarati zabiltza, ito ditugun katakumeak bezala.
Erdu eta egingo dugu berba betiko kontuez,
Atsegin izatearen balioaz,
Zalantzekin moldatu beharraz,
Barruan ditugun zuloak nola bete.
Erdu, sentitu goiza aurpegian,
Goibel gaudenean dena irizten zaigu ospel,
Adoretsu gaudenean, atzera, papurtu egiten da mundua.
Denok gordetzen dugu betiko besteren alde ezkutu bat,
Dela sekretua, dela akatsa, dela keinua.
Erdu eta larrutuko ditugu irabazleak,
Zubitik jauzi egin geure buruaz barre.
Isilik begiratuko diegu portuko garabiei,
Elkarrekin isilik egotea baita
adiskidetasunaren frogarik behinena.
Erdu nirekin, herriz aldatu nahi dut,
Nire gorputz hau albo batera utzi
Eta maskor batean zurekin sartu,
Gure txikitasunarekin, mangolinoak bezala.
Erdu, zure zain nago,
Duela urtebete etendako istorioa jarraituko dugu,
Ibai ondoko urki zuriek uztai bat gehiago ez balute bezala.