Hemen zaude: Hasiera Artistes Jon Urrutia Bibliothèque de Presse Elégance, audace et vitalité

Elégance, audace et vitalité

« The Paname Papers » fait partie des belles surprises de la rentrée discographique de l’automne 2018. Proposé par le talentueux Jon Urrutia Trio, l’album séduit par sa vitalité. Les neuf compositions originales du leader restituent l’éventail de ses influences. Une combinaison réussie de modernité, d’audace et de virtuosité. Surprenant de maturité et de maîtrise.


Iturria: Latins de Jazz
Eguna: 2018/09/27

Jon Urrutia Trio dévoile « The Paname Papers »

par Nicole Videmann
 

Sorti le 27 septembre 2018, l’album « Paname Papers » (Errabal Jazz) est propulsé par le pianiste franco-espagnol Jon Urrutia-Monnot à la tête de son trio. Il est entouré de deux talentueux musiciens natifs du sud de la France, Damien Varaillon (contrebasse) et Stephane Adsuar (batterie) avec lesquels il a noué une belle complicité, ce dont témoigne l’album.

Un atout de cet opus est de faire coexister une grande fluidité avec des influences musicales multiples. En effet le répertoire reflète différents courants du jazz et s’appuie aussi sur la musique classique/contemporaine ou les musiques improvisées. « The Paname Papers » combine des rythmiques et des textures issues de musiques teintées des cultures françaises, espagnoles et américaines.

Entre tradition et modernité, les neuf morceaux de l’album « The Paname Papers » vibrent de mélodies élégantes et d’improvisations libérées. La musique est servie par le talent et la créativité des trois instrumentistes très complices du Jon Urrutia trio.

« The Paname Papers »

Fondé à Paris, en 2017, le Jon Urrutia Trio est né de plusieurs rencontres et collaborations des musiciens lors de sessions. Au regard de leur entente le trio développe de belles interactions et décide d’aller en studio en automne 2017 pour enregistrer un répertoire de neuf compositions originales de Jon Urrutia.

L’album « The Paname Papers » est enregistré les 22 et 23 novembre 2017 au studio de Meudon par Clément Garel. Il est édité et mixé les 24 et 25 novembre 2017 par Julien Bassères et Jon Urrutia et mastérisé par Julien Bassères.

Les neuf titres de « Paname Papers » restituent les différentes influences constitutives de la personnalité musicale du leader Jon Urrutia. Sans se tromper, on peut le qualifier de musicien éclectique et sans frontières, ce dont témoigne son cursus musical.

Jon Urrutia

Le pianiste franco-espagnol Jon Urrutia-Monnot entreprend des études classiques au « Conservatoire Arriaga » de Bilbao en Espagne puis poursuit au « College for the Arts Arnhem » à Artez en Hollande avec Rob van der Broek et Robert Jan Vermeulen, à Paris avec Bernard Maury au Conservatoire « Nadia et Lily Boulanger » du 9ème arrondissement et à la « Bill Evans Piano Academy ».

Après avoir obtenu une bourse de mérite, le pianiste va étudier au Berklee College of Music de Boston, de l’automne 1998 à l’hiver 2000. Il a alors pour professeurs rien moins que Danilo Perez, Ray Santisi, Laszlo Gardony, Paul Schmeling, Alon Yavnai, Allain Mallet et Edward Bedner. Son séjour Outre Atlantique lui permet de côtoyer la fine fleur des musiciens américains. A son retour en France il obtient les diplômes requis pour pouvoir enseigner le piano jazz et poursuit aussi des recherches musicologiques autour de l’improvisation.

De ce parcours très riche découlent de nombreuses collaborations scéniques et discographiques qui ont contribué à enrichir la pratique et l’inspiration de Jon Urrutia. Il a en effet eu l’occasion de jouer avec des musiciens de renommée internationale tels que George Garzone, Perico Sambeat, Oscar Stagnaro, Sunny Murray, Bill Pierce, Jorge Pardo, Francisco Mela, Jaleel Shaw, Mario Rossy, Ferenc Nemeth ou Gilad Hekselman. Aujourd’hui, le pianiste combine activités pédagogique et artistique.

Ce parcours musical riche en expériences a permis à Jon Urrutia de développer sa technique et son style personnel et a aussi contribué à enrichir sa sensibilité artistique, son inspiration et son écriture, dont l’album « The Paname Papers » est le témoignage.

Impressions musicales

Au fil des neuf titres coexistent une élégance quelque peu sophistiquée, des vibrations audacieuses, de joyeuses et dynamiques interactions. L’entrain complice et la réactivité de chaque instant qui lient les trois musiciens leur permet de mettre leur virtuosité au service de leur musique. Du répertoire rayonne une atmosphère généreuse et joyeuse teintée parfois d’accents bluesy ou de riches ambiances latines.

Sur la grille ré harmonisée de Donna Lee, Dona Kubik est irriguée du jeu pianistique de Jon Urrutia. La section rythmique très réactive soutient avec brio l’improvisation du leader qui alterne césures et traits fulgurants, comme des clins d’oeil à Fred Hersh et aussi à Monk peut-être. Advient ensuite Valse pour Nono, qui débute comme une comptine avec une boucle jouée sur un tempo ternaire. Le solo du pianiste s’épaissit ensuite de phrases mélodiques qui enchantent et intensifient le propos. Porteur d’une tendre mélancolie le thème se souvient d’un être proche.

Contrebasse et piano se font bluesy sur l’introduction du thème Entartetes Blues. Soutenu par la pulse continue de la contrebasse et de la batterie qui poussent fort le tempo, le piano développe son improvisation à travers des lignes groovy et étincelantes riches en citations. Le trio projette ensuite une Fantaisie Onirique et l’on embarque avec eux sur cette musique aux accents cinématographiques. Une rêverie musicale où le solo mélodieux de la contrebasse engage à la volupté.

Entropical Cha résonne des influences latines du pianiste qui fait chanter la mélodie puis développe avec aisance et virtuosité son improvisation. Avec fougue la batterie prend le relais dans un solo caliente. La structure rythmique complexe de Fourth Element génère un swing moderne que le trio en parfaite symbiose truffe de citations jazzy.

Pris sur un tempo médium, Pasos Enanos survient comme une respiration. Après le solo expressif de la contrebasse, celui du pianiste se métamorphose comme porté par un élan vital perceptible.

Si The Paname Papers fait par son titre clin d’oeil allusif à la lourdeur du dispositif administratif français, on présume que les musiciens y font face sans problème tout comme ils s’emparent et maîtrisent ce thème dynamique. Dans ce morceau vif et percussif on perçoit comme des échos du style d’Ahmad Jamal dans le jeu du piano. L’improvisation incisive de la batterie est du meilleur effet.

L’album se termine avec La Caravana Amarilla. On se laisse capturer par une belle mélodie qui débute un voyage musical dépaysant à travers l’Espagne et son flamenco. A la toute fin du morceau, le batteur délaisse peaux, baguettes et cymbales et pratique les palmas pour conclure ce morceau dont le rythme de base doit beaucoup à celui de la bulería.

Les neuf titres composés par Jon Urrutia et interprétés avec talent par un trio interactif font de « Paname Papers » (Errabal Jazz) un album à la fois dynamique et élégant. Sorti le 27 septembre 2018, cet opus propose une musique riche et un rien sophistiquée. Empreint de modernité et fondé sur de multiples influences, « Paname Papers » vibre d’un entrain communicatif. Une pépite à ne pas rater !