Vous êtes ici : Accueil Artistes Bide Ertzean Biographie

Biographie

Tel que le nom même du groupe semble indiquer, Bide Ertzean ne s’est jamais laissé entraîner par la mode. Ce groupe surgit comme alternative acoustique de Deabruak Teilatuetan qui, au printemps 1998, participe au montage “Dana lanbrotute ikustot”. Quelques attractifs happenings avec les poètes de Susa (Aranbarri, Otamendi, Izagirre..) avec un rapprochement de leurs textes au rock, un alliage de poésie et de musique générationnelle, avec de nombreux précédents depuis les expériences de poètes beat avec le rock and roll à San Francisco et Liverpool.

De ces spectacles et à la suite de l’incorporation du batterie Karlos Aranzegi, surgit la possibilité d’enregistrer cinq chansons pour Gaztelupeko Hotsak, une grande bouffée d’air frais pour une scène musicale très enfermée dans des moules prévisibles. Kaki Arkarazo a continué à collaborer aux côtés de Joni et d’Imanol Ubeda, de même qu’avec Deabruak Teilatuetan, “donnant corps – tel qu’ils le reconnaissaient eux-mêmes en 1998 – au son de Bide Ertzean”. Ils annonçaient déjà à l’époque que le groupe avait encore beaucoup à faire, beaucoup de chemin à parcourir, pour trouver leur propre personnalité et leur son caractéristique.

Un an plus tard, ce processus d’électrification se détache dans Zure minari, un projet à quatorze chansons sur des poèmes de Jose Luis Otamendi et une exubérance sonore, qui n’était nullement étrangère ni à la main, ni aux idées de Kaki Arkarazo, ni à la géniale guitare de Fran Iturbe, un musicien à vision et sans complexes pour faire le meilleur pop-rock, qui finira par devenir membre fixe du groupe.

À la suite de ce nouveau contact de musiques propres et de textes d’autrui, le groupe devait affronter l’enjeu, annoncé dès sa première année de vie : démontrer que Bide Ertzean n’est pas un projet qui naît pour mettre en musique de la poésie, mais un projet musical. Ce que l’enregistrement de leur troisième acte, Grisa, vient démontrer : une collection de trois chansons propres sur un texte d’Iñigo Aranbarri, mis en danse par le groupe.